Notre histoire

Copains de la Maternelle Saint Joseph – école de Rosendael,  et inséparables depuis plus de 40 ans, nous sommes des enfants de la cité de Jean Bart.

20140210dibainte-owne-boat

Présents à chaque carnaval, nous partageons la même passion pour le breuvage préféré du carnavaleux. Depuis 2007, nous travaillons sur les recettes de Bières Blondes et Ambrées.  Véritablement passionnés par la culture locale, notre production ne pouvait qu’être associée à l’histoire du pays.

20140210dibainte-ownerjbart

En septembre 2014, c’est le grand saut, la Micro Brasserie DIABINTE est née, nous commercialisons notre petite production.

Trop à l’étroit et ne pouvant satisfaire la demande, janvier 2016, Michel décide de se consacrer à 100% dans la Brasserie avec un nouveau local adapté sous le nom de Brasserie des Dunes de Flandre. Située au pied des Dunes de Flandre plus précisément à Bray-Dunes.

A noste kee, Manu et Michel

LES DIABINTES : PREMIERS DUNKERQUOIS ?

« Du tems de Jules César, environ soixante ans avant la naissance de Jesus Christ, les peuples qui habitoient les côtes de la mer, où est maintenant situé Dunkerque, s’appelloient Diabintes ».                                                                          P.Faulconnier – 1730

« Lorsque Jules César envahit et subjugua la Gaule-Belgique, les habitants du bord de la mer, où Dunkerque est situé, étoient connus sous le nom de Diabintes ».                                                                                                                                                Diot-1792

CARTE I diabinte 5… »Faulconnier s’est laissé tromper par une élucubration de Scrieck, sieur de Rodorne. Les Diabintes n’ont jamais existé que dans l’imagination de cet auteur. Adrien Van Scrieck(1560-1621) soutenait la thèse paradoxale que la langue teutonique était la langue mère – d’où dérivait l’hébreu et le latin. Voulant donner l’étymologie de tous les termes géographiques, il chercha à les décomposer en racines, extraites de l’allemand. César (de Bello Gallico – lib. III-IX) ayant donné une énumération, sans ordre, de diverses tribus gauloises et ayant fait figurer les Diablintes, habitants du Perche, entre les Morins et les Ménapiens, Scrieck en conclut que cette peuplade occupait la plaine maritime flamande. Mais ne pouvant trouver d’étymologie satisfaisante au mot diablinte, il le transforma en Diabinte (terme qui, d’après lui, dériverait de die hap inden, c.-à-d. « habitants d’un port en forme de hache »), ce qui était plus commode, déclarant qu’il avait trouvé cette graphie dans un antique manuscrit ! »                                                                                    L.Lemaire (Glossaire – 1933)

diabinte 1…  » Plus tard, Faulconnier et après lui Diot, trop heureux sans doute de pouvoir assigner à Dunkerque une telle antiquité, adoptèrent les yeux fermés la thèse de Van Schrieck. Faulconnier nous précise même que Diabintes se doit traduire exactement par : Navigantes in portu securis formae ou  » ceux qui naviguent dans le port fait comme une hache  » .  » Langue élégante pour dire tant de choses en si peu de mots !  » écrivait dès 1850 Victor Letellier.

diabinte 2diabinte 3diabinte 4sources : Archives de Dunkerque – Centre de la mémoire urbaine d’agglomération